Sankalpa : le pouvoir de votre intention

Sankalpa: le pouvoir de notre intention

Ce n’est pas la montagne que nous conquérions, mais nous même.
Edmund Hillary

Récemment, j’ai rencontré une personne qui pratiquait Yoga depuis plus de 5 ans. D’un côté elle était très contente de sa pratique. Ça lui avait permis d’être en meilleure santé. Pendant qu’elle faisait des asanas, elle se sentait libre, libérée et heureuse. Pourtant, quelques heures plus tard, un vide s’installait. Les effets psychologiques des asanas ne perduraient pas. La sensation d’être perdue revenait.

Une de parties manquantes dans sa pratique était Sankalpa : le vœu, l’intention, le force de notre mentale.

Si vous vous intéressez à l’Hindouisme, vous avez sans doute entendu parler du mot « Maya ». Aujourd’hui, il est principalement traduit comme l’illusion que nous cherchons à briser afin de reconnaitre notre vraie identité. Cependant, si nous remontons aux temps Védiques, « Maya » était un mot avec un double sens. C’était effectivement l’illusion. Mais c’était aussi le pouvoir. Le Rig Véda (texte fondateur de l’Hindouisme) dit que les dieux avaient utilisé sankalpa-shakti (le pouvoir de l’intention) afin de créer ces mondes magnifiques.

Notre esprit est la source de nos illusions. Notre esprit est également la source de notre pouvoir. Quand l’esprit est notre maitre, il n’y a que les illusions. Mais quand nous maitrisons l’esprit, les grands pouvoirs sont à notre porté. Et la clé pour aller d’une illusion vers le pouvoir c’est Sankalpa.

Qu’est-ce Sankalpa ?

Le mot se traduit par vœu ou intention, mais à vrai dire le mot n’a aucune valeur sans que nous comprenions intimement nos intentions. Il ne s’agit pas des simples envies. Au fond, nous avons tous envie d’aller mieux, envie de nous améliorer, envie de réussir nos vies et envie d’être aimés. Mais l’univers, lui, s’en fiche de nos envies. Et puis parfois nous ne connaissons même pas ce dont nous avons réellement envie.

Quand Edmund Hillary se préparait pour escalader Mont Everest, il n’avait pas « envie » de réussir. Il avait l’intime conviction qu’il allait réussir. L’Everest l’appelait. Il répondait à cet appel. Il n’y avait pas de doute que c’était son destin. Et ce chemin d’intention vous le trouverez chez quasiment toutes les personnes dont on se souvient malgré les siècles passés.

Sankalpa n’est pas simplement une phrase. C’est la force de tout notre être, concentré sur un point spécifique. Et afin d’avoir cette force, il est important de se connaitre. D’avoir la conviction derrière chaque mot que l’on prononce durant ce vœu.

Pour vous donner un exemple personnel : je démarre ma propre pratique avec le mantra « Aum namah Shivaye ». Ici, Aum c’est le germe qui me permet de concentrer mon esprit. Namah signifie se donner, s’abandonner. Le mantra veut dire : je me donne à Shiva. Et cette idée d’abandon perdure durant l’intégralité de ma pratique et bien après. Le « Je » n’existe plus. L’égo non plus. Et chaque asana, chaque geste, chaque mouvement devient subtil et bien plus efficace.

Sankalpa et votre pratique de Yoga.

Nous sommes tous différents. Ce que nous recherchons à travers de Yoga est également différent. Cela peut même changer de jour en jour. Yoga peut vous apporter ce que vous cherchez, quelque soit la nature de votre recherche. Vos buts peuvent être spirituels ou matériels. La recherche de confiance en vous. La recherche de liberté. L’envie de vous soigner d’une maladie. Le désir de ressentir le bonheur que vous ressentiez quand vous étiez un enfant. La seule personne qui peut décider vos buts c’est vous.

Ce qui compte c’est que vous compreniez et que vous acceptiez votre but. Et que quand vous prononcez votre intention, la force de votre être soit derrière chaque mot qui sort de vos lèvres.

Comment intégrer Sankalpa durant votre séance ?

  1. Démarrez avec quelques mouvements dynamiques qui vont vous réchauffer et améliorer la circulation du sang et de prana dans votre corps.
  2. Ensuite venez en tādāsana. Prenez le temps d’amener votre conscience dans votre colonne vertébrale et de ralentir votre souffle.
  3. Pensez à votre but. Qu’est-ce que vous cherchez à travers cette séance ? Ou la pratique intégrale de Yoga ?
  4. Concentrez votre esprit. Focalisez-le sur votre but.
  5. Ensuite prononcez votre vœu/intention d’une manière qui ne laisse aucune place aux doutes. Par exemple si votre but c’est de soulager la douleur dans votre dos, ne dites pas « je vais essayer de soulager mon mal de dos ». Dites plutôt : « je vais soulager mon mal de dos ».

A noter qu’il est toujours plus utile de prononcer notre vœu à voix haute, surtout quand nous débutons. Au début, surtout si vous pratiquez en groupe, cela peut vous gêner. Vous pouvez alors faire votre vœu mentalement. Néanmoins, dans la durée essayez d’enlever cette gêne. Partagez et vocalisez nos désirs, nos intentions et notre être est la première voie vers l’acceptation de soi.