Hatha flow, Vinyasa… nous avons des dizaines de noms pour les séquences de Yoga, mais comment sont-elles créées ? Quelles sont les variables à tenir en compte ? Quelle posture faire avant quelle posture ? Et quelle posture doit suivre ? Voici un aperçu de comment je crée des séquences personnalisées.

Les Variables à tenir en compte.

  1. L’intention du pratiquant : Le pouvoir de notre intention est extrêmement important dans Yoga. C’est l’intention de la personne qui va pratiquer qui va diriger quel style de séance je vais créer pour elle.
  2. Le niveau de souplesse et de force : Cela va de soi mais ça vaut quand même la peine d’être répété. Yoga n’est pas une recherche de performance, et il est important de toujours tenir en compte le principe d’Ahimsa (non-violence) envers son propre corps.
  3. Déséquilibre au niveau des Dosha : Quel dosha est en déséquilibre et a besoin d’être apaisé influe non seulement les postures que nous allons faire, mais aussi la durée pour laquelle nous tiendrons une posture. Vata aggravé ? Une pratique lente et méditative. Kapha aggravé ? Une pratique vigoureuse qui fait transpirer.
  4. Problèmes posturaux : Quelque part la pratique des asanas est une pratique de la colonne vertébrale. Nous y pensons sans cesse et c’est toujours la première chose que l’on tient en compte quand on pratique une asana. Corriger les faiblesses qui nuisent à la colonne vertébrale doit toujours être tenu en compte. Par exemple : bas dos arrondi ou trop cambré ? Plus d’asana qui travaillent les hanches, les fessiers et les abdos.
  5. La saison : Ce n’est pas uniquement notre corps qui dépend des dosha : la saison de l’année a également son propre dosha. L’hiver, par exemple, est Kapha (et quand le vent sec souffle : Vata). La saison ainsi que les températures vont également diriger le moment où l’on va pratiquer les pranayamas.
  6. L’heure de pratique : Une pratique du soir sera plus méditative tandis qu’une pratique matinale sera plus vigoureuse.
  7. Le rythme : Quand bien fait, une séquence de Yoga est comme une musique qui permet une déconnexion totale avec le reste du monde.
  8. Mahābhūta : Yoga se base sur la philosophie de Sankhya qui nous parle de comment l’univers s’est manifesté et comment nos corps sont connectés à cet univers. La séquence des asanas suit souvent le parcours inverse des Mahābhūta (éléments primordiaux) et on démarre avec le terre (Muladhara) allant vers l’Akasha (Vishuddha).

La mise en pratique.

Tenir en compte tous ces variables peuvent paraître complexe. Donc essayons de les mettre en place dans une séance typique où l’intention principale sera de travailler la colonne vertébrale en corrigeant un dos trop cambré mais pour quelqu’un qui a une mauvaise estime de soi. En ce qui concerne le dos, le problème vient souvent du manque de force au niveau des abdominaux ou des fesses, qui forcent le bas de dos à prendre tout le poids du buste. Pour cela, on va privilégier des mouvements où on pivote le bassin vers l’avant. D’après Ayurvéda, le manque d’estime de soi est lié à un dérèglement de Sādhaka pitta au niveau de notre cerveau. Afin de le corriger, l’on va travailler sur l’énergie subtile de Pitta dosha – Tejas, ce qui incite à travailler plus de postures qui incitent nos muscles abdominaux ainsi que plus de torsions. Également, les répétitions de mantra ainsi que les exercices de concentration seront importants.

A noter : dans cet exemple, je cherche à simplifier pour vous donner un indice sur comment adapter les séances. Normalement, il est toujours mieux de tenir en compte d’autres problématiques physique/psychologique.

  • Rythme de pratique : Rapide au début, lent après.
  • Focus : Les abdominaux, les torsions et faire pivoter le bassin vers l’avant.
  • Durée de séance : 1h

Echauffement (10 minutes) : Rotation des articulations pour créer circulation sanguine et énergétique. Squats hindous et fentes pour activer les abdominaux. Mouvement dynamique entre le chat et la vache pour échauffer le bas de dos.

Pratique dynamique (5 minutes) : Salutation au soleil. Posture de guerrier I et II.

Postures debout (15 minutes) : Posture de la montagne en pivotant le bassin vers l’avant. Posture de triangle et triangle tournée. Se plier vers l’avant les jambes écartées.

Postures assise et allongée (15 minutes) : Planche, posture de demie pont, posture de navire. Torsion allongée et assise.

Pranayama (10 minutes) : Toutes les postures sont faites avec Ujjāyī. Ensuite Nādī Shodhana et Chandra Bhedana.

Méditation (5 minutes) : En posture de mort en pensant à rotation vers l’avant du bassin et en gardant les yeux entrouverts avec la concentration sur le bout de nez.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s