Les 4 composants de pranayama

4 composant de pranayama

Pranayama vient de prana (l’énergie vitale) et ayama (prolongation). Très souvent confondu avec le souffle, prana est surtout une énergie subtile et cosmique qui traverse notre corps dans un système de nadi (canaux énergétiques) et fait partie des corps subtils dans l’anatomie ésotérique sur laquelle se base Yoga et Tantra.

Notre corps accumule prana à travers plusieurs sources dont le souffle, la nourriture ainsi que ce qui est perçu par nos cinq sens. Et pranayama c’est la science et l’art de prendre conscience de ce prana, de l’accumuler et de le maîtriser.

Bien avant que la science moderne se rende compte de l’importance de la respiration, les Yogis étaient de l’avis que notre façon de respirer avait un fort impact sur à la fois notre physiologie, notre psychologie et nos émotions. Et les premiers exercices afin d’acquérir la maîtrise de prana démarre par notre respiration.

Dans Yoga, nous divisons notre souffle en 4 composants.

Puraka

Puraka c’est l’acte d’inspiration. Ce qui distingue puraka d’une inspiration normale, c’est le fait que nous inspirons en pleine conscience et avec contrôle de notre souffle. Le corps se stimule durant puraka, la cage thoracique s’étend et les poumons sont remplis d’air. Le processus de prana vayu est déclenché et l’énergie vitale venant de notre souffle, notre nourriture ainsi que notre environnement descend dans le corps vers le système digestif.

Abhyantara Kumbhaka

Abhyantara kumbhaka est la rétention de souffle après inspiration. Durant ce moment de rétention, agni (le feu digestif) et samana vayu (le processus digestif) sont mis en route. Notre énergie venant de tout le corps se tourne vers l’intérieur, allant vers le nombril et le manipura chakra. Cette énergie se concentre au niveau de notre nombril et les diverses parties de corps entrent en harmonie.

Rechaka

Rechaka c’est l’acte d’expiration. Comme durant puraka, l’expiration est faite en pleine conscience et d’une manière contrôlée. Pendant l’expiration, vyana vayu envoie le prana fraîchement digéré dans les différentes cellules du corps. Cet influx d’énergie vitale a un effet calmant et apaisant sur l’intégralité du corps et de l’esprit. Au niveau psychologique, grâce à ce calme, notre esprit prend du recul sur ce que les sens perçoivent. Au niveau spirituel, l’être commence à rentrer dans l’état de pratyahara (où les sens se tournent vers l’intérieur et notre cerveau arrête de réagir aux évènements).

Bahya Kumbhaka

Bahya kumbhaka c’est la rétention à vide suite à l’expiration. Deux processus différents sont déclenchés durant ce moment. Le premier c’est apana vayu qui vide le corps des toxines et aide à purifier le corps ainsi que l’esprit. Le deuxième c’est udana vayu qui envoie cette énergie vers notre conscience afin qu’elle puisse être utilisée pour des fonctions telles qu’agir, réfléchir et parler. Également, c’est durant ce moment, avec l’aide d’udana vayu, que prana rentre dans notre corps subtil lié à prana (pranayama kosha) où cette énergie est accumulée. L’état de pratyahara devient constant.

Notre corps est constamment en mouvement. Même quand nous sommes assis et nous ne bougeons pas, le fait d’inspirer et d’expirer incite notre corps à bouger quand même. Ce n’est que durant les deux kumbhaka (rétentions) que le corps est complètement immobile, et l’esprit lui-même peut devenir immobile.