Virabhadrasana ou posture de guerrier

Virabhadrāsana II (Posture de guerrier II)

Né de la rage du dieu Shiva, Virabhadra fut un guerrier par excellence dont la puissance faisait trembler mêmes les dieux dans la mythologie Hindou. Les diverses variations de Virabhadrāsana se basent sur cette philosophie de guerrier : force, souplesse et fierté. Cette deuxième variation renforce les cuisses et les chevilles tout en améliorant l’endurance et étirant les ischio-jambiers.

Technique :

  1. Démarrez-en tādāsana. Dans toutes les postures où l’on est debout, il est important de créer une bonne fondation. Pensez à écarter vos orteils, connectez-vous avec la terre, prenez le temps d’allonger votre colonne vertébrale autant vers le haut que vers le bas, et gardez votre bas d’abdomen ferme.
  2. Ecartez vos jambes d’environ 1,33 mètre. Malgré du fait que les jambes sont maintenant écartées, les principes de tādāsana restent toujours valables.
  3. Ouvrez votre pied gauche à 90°. Le pied droit va se tourner vers l’intérieur à environ 40°.
  4. Etendez puissamment vos bras de chaque côté comme si quelqu’un les tirait vers l’extérieur. Les paumes sont tournées vers le sol. Les mains sont alignées avec les épaules.
  5. Pliez votre genou gauche jusqu’à ce que le tibia soit perpendiculaire au sol. La cuisse gauche cherche à être parallèle au sol. Reposez la cuisse sur le fémur.
  6. Etendez l’ischio-jambier de la jambe droite et gardez la jambe bien tendue.
  7. Prenez le temps d’observer l’alignement de votre corps durant quelques souffles. Ensuite, tournez votre cou et regardez votre main gauche.
  8. Pendant que vous êtes dans la posture, prenez le temps d’allonger votre colonne vertébrale. Laissez votre buste bougez avec chaque inspiration et chaque expiration.
  9. Regard : Si votre quête est physique, fixez le regard sur la main gauche. Si votre quête est spirituelle, le regard se fixe sur le bout du nez.
  10. Conscience : Si vous cherchez à assouplir l’aine ou les ischio-jambiers, la conscience se tournera vers l’arrière jambe. Si vous cherchez à renforcer vos cuisses, la conscience sera dans la jambe dont le genou est plié. Si votre quête est spirituelle, la conscience sera dans Muladhara chakra.
  11. Pour revenir : Inspirez et dépliez le genou gauche. Baissez vos mains.
  12. Faites de même avec l’autre jambe.

Bénéfices :

  1. Renforce et étire les jambes, les genoux et les chevilles.
  2. Etire l’aine, la poitrine, les poumons et les épaules.
  3. Stimule les organes internes au niveau d’abdomen.
  4. Améliore l’endurance.
  5. Aide contre les douleurs de dos.
  6. Conseillé si vous souffrez de syndrome de canal carpien, pied plat, ostéoporose ou sciatique.
  7. Aide à la récupération des ischio-jambiers si vous avez tiré les muscles dans cette région.
  8. Aide contre les crampes.

A noter :

  1. Pour améliorer la souplesse : Pratiquez un Vinyasa où vous pliez le genou avec l’expiration et vous dépliez le genou avec l’inspiration tout en reculant l’arrière jambe après chaque cycle de respiration.
  2. Si vous avez mal aux épaules : Baissez les bras avant que les épaules commencent à cramper. Expirez dans les clavicules afin de relaxer les muscles. Ensuite, avec inspiration, étendez de nouveau les épaules.
  3. Gardez un œil sur le genou qui est plié. Le genou cherche à être aligné à votre 2ème orteil du même pied. Ne le laissez pas se tourner vers l’intérieur.
  4. La hanche de l’arrière jambe reste ouverte. Ne la laissez pas se tourner vers l’intérieur.

Contre-indications :

  • Ne pas faire si vous souffrez de diarrhée.
  • A faire attention si vous souffrez de haute tension.
  • Si vous avez blessé le cou, ne tournez pas le regard vers la main de la jambe pliée mais plutôt regardez en face.